Ledum groenlandicum1  (lédon du Groenland, thé du labrador) : Une fabuleuse huile essentielle bien de

Ledum groenlandicum1
(lédon du Groenland, thé du labrador) :
Une fabuleuse huile essentielle bien de chez nous!

  1. Depuis 1990 Rhododendron groenlandicum

Description et habitat
Le lédon du Groenland ou thé du Labrador est un arbuste de la famille des éricacées indigène de l’Amérique du Nord  On la retrouve en abondance dans le nord du Québec. Il pousse de préférence dans les sols humides et infertiles comme les tourbières et les landes à éricacées (bleuet, canneberge, etc.). Il recherche également les sols minéraux, secs et acides. C’est un arbuste résineux, pratiquement imputrescible, à feuilles alternes persistantes, et odorantes quand elles sont froissées, généralement entre 30 et 100 cm de haut (pas plus de 120 cm). Cette plante est très convoitée pour son huile essentielle que l’on obtient par distillation à la vapeur d’eau.
Les feuilles sont étroites et coriaces mesurent de 2 à 5 cm de long.. Elles sont vert foncé sur le dessus avec des bords qui s’enroulent le long des marges, et il y a un tapis dense de poils brun orangé sur le dessous. Au Québec la floraison se produit vers la fin de mai ou au début de juin. Les fleurs sont blanches, en ombelle ou en corymbe.
Au nord sa répartition s’étend de l’Alaska jusqu’au Labrador, Terre-Neuve et le  Groenland. Sa limite sud s’étend jusqu’à l’Oregon et l’Idaho dans l’ouest des États-Unis, le Dakota du Sud et le Minnesota et l’Ohio, la Pennsylvanie et New Jersey dans le Nord-Est. Il est bien adapté à la forêt boréale où il peut supporter une large gamme de températures et de précipitations, doté, semble-t-il d’une résistance à toute épreuve!

Usages traditionnels
En tant qu’infusion, il est consommé depuis longtemps par plusieurs communautés autochtones nord-américaines comme les Inuits, les Cris et les Athabaskans, non seulement pour ses vertus médicinales, mais aussi parce qu’il est agréable au goût. Il a d’ailleurs été adopté par les colons européens à leur arrivée en Amérique et est encore consommé aujourd’hui. Il est également utilisé comme épice pour la viande, la soupe, les sauces, les salades, la bière, les gâteaux, etc.
Le thé du Labrador est l’une des plantes médicinales de la forêt boréale les plus utilisées par les autochtones à travers le Canada. Les études en ethnobotanique ont donc mis en lumière plusieurs usages et traitements à partir de cet arbuste, sous différentes formes (infusion, poudre, décoction) avec différentes parties de la plante (plante complète, feuilles, branches et racines). Au tableau 2 sont rassemblées les utilisations traditionnelles de cette plante médicinale par les différentes communautés autochtones de la forêt boréale canadienne.

Ils l’utilisaient pour traiter les rhumes et la grippe, les maux d’estomac, la goutte et comme diurétique et émétique. Ils l’utilisaient aussi pour traiter d’autres problèmes de santé comme, les problèmes d’estomac, les maladies inflammatoires, l’asthme, les rhumatismes ainsi que les maladies du foie et des reins. En externe il était destiné à soulager les brûlures, les ulcères et les piqûres.

Le frère Marie-Victorin rapporte dans sa Flore Laurentienne que le thé du labrador agit comme un narcotique léger : les amérindiennes de certaines tribus en prenaient trois fois le jour à 1′ approche du moment de leur accouchement, et les feuilles réduites en poudres étaient prisées contre le mal de tête. Le groupe Fleurbec rapporte de plus qu’un certain Isham, explorateur de la Baie d’Hudson en 1743, clamait l’effet bénéfique du lédon du Groenland contre les désordres nerveux qui l’avaient affligé; ils ont retrouvé le même usage, en 1986, à titre préventif, chez un Amérindien Montagnais de Pointe-Bleue (Lac-St-Jean).

Les utilisations variées rapportées en ethnobotanique et la consommation actuelle de produits provenant de Ledum groenlandicum suggèrent que la plante et ses métabolites secondaires doivent avoir des activités biologiques intéressantes. De plus, d’autres indices laissent présager que des métabolites bioactifs sont retrouvés dans cet arbuste comme le fait qu’il n’est pas consommé de façon significative par aucun herbivore d’après des analyses dans la région de Schefferville, ni par les insectes herbivores ou par le lièvre d’Amérique en Ontario. Ces études suggèrent que la plante contient des métabolites de défense intéressants.

En 2007, Dufour et al.[1] ont découvert que les extraits de méthanol des feuilles et les brindilles du lédon du Groenland ont de puissantes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires et que l’acide ursolique, isolé d’extraits de brindilles de la plante, s’est également avéré active contre le cancer du côlon et les cellules du carcinome pulmonaire.

Fabien Girard dans son livre Secrets de plantes (2008) rapporte une utilisation surprenante : « Les prospecteurs des compagnies minières qui recherchent de l’or dans le Grand Nord canadien, assez curieusement, ont trouvé un autre usage inattendu mais fascinant au thé du Labrador. On a découvert que la plante possède la faculté de concentrer le précieux métal dans ses tiges. Ainsi, quand les concentrations en or y dépassent 2,5 ppb, les compagnies explorent le territoire pour vérifier si le dépôt a une valeur économique qui mérite d’être exploitée.»


[1] Dufour D, Pichette A, Mshvildadze V, Bradette-Hébert ME, Lavoie S, Longtin A, Laprise C, Legault J. Antioxidant, anti-inflammatory, and anticancer activities of methanolic extracts from Ledum groenlandicum Retzius. J Ethnopharmacol. 2007 Apr 20;111(1)

Une huile essentielle complexe et déconcertante!
L’huile essentielle est obtenue à partir de la distillation à la vapeur d’eau de différentes parties de la plante (plante entière, fleurs, rameaux fleuris, feuilles, jeunes pousses, tiges et graines)
Il semble préférable  de privilégier les jeunes pousses pendant la période de floraison, alors concentrées en germacrone qui confère à l’huile essentielle plusieurs de ses importantes propriétés thérapeutiques, dont son activité antitumorale. On  a signalé une diminution drastique de la germacrone pendant la période végétative, de 62,6 % début juin à moins de 1% après début juillet comme le montre le tableau suivant :


D’autre part, le limonène semble associé aux fleurs et un sesquiterpène, possiblement le germacrène-B, à la croissance des graines ou des bourgeons.

Sa composition est à la fois très complexe et très variable. Elle dépend de plusieurs paramètres. Parmi ces facteurs, la composition est fonction en particulier de la partie de la plante soumise à l’entraînement à la vapeur, de la date de cueillette de l’arbuste et du site de cueillette.


C’est une huile précieuse car son % de rendement à la distillation est faible, 0,36% -1,64%, la demande est forte et l’offre est limitée en raison du nombre restreint de producteurs et de la rareté relative de la ressource.

Les 2 tableaux suivants2 décrivent les composés de 12 échantillons d’huile essentielle de Ledum groenlandicum, provenant de la région de Girardville au Saguenay, analysés en 1989 par l’équipe de Francine Belleau[2]; le premier tableau présente les composantes dont la concentration est supérieure à 3,5% ; le deuxième présente les composantes dont la concentration est comprise entre 1% et 3,5%.

[2] Belleau F, Collin GJ. Analyse de l’huile essentielle du Ledum groenlandicum. Retzius, RivistaItalaliana EPPOS, (Numéro spécial) 1991, 498-503

En 2012 Brian Lawrence[3] a produit une revue sur la composition de l’huile de thé du Labrador. Les échantillons analysés ont des origines différentes : Finlande, Ontario et Québec et un échantillon commercial d’origine géographique inconnue. Les résultats montrent variations importantes dans la composition.

En 2015 Guy Collin[4], chercheur à l’UQAC, a identifié plus de 160 composantes différentes, dans 12 échantillons, produits par hydrodiffusion des parties aériennes de la plante, en provenance de divers producteurs québécois. Certaines composantes comme le sabinène, l’α-pinène, le limonène, le β-sélinène, le germacrène D, le terpinèn-4-ol, le myrténal et l’eudesma-3,11-dièn-2-one se retrouvaient dans tous les échantillons, quoiqu’en proportions variables, mais les autres composantes étaient inégalement réparties.
En septembre 2018, dans le cadre d’une étude exploratoire intitulée  Chemometric Exploration of Rhododendron groenlandicum reveals complex patterns, l’équipe du Laboratoire Phytochemia (www.phytochemia.com), après avoir criblé 98 plants individuels de thé du Labrador, récoltés sur cinq sites différents au Saguenay, a analysé  la composition de leurs molécules volatiles. Sept chémotypes, pouvant être regroupés en trois «superchémotypes» ont été mis en évidence, à partir de données de composition chimique comportant environ 150 molécules.:


[3] Lawrence B. Progress in essential oils, Perf. & Flavor, 2012; 37(5):54-59

[4] Collin, G. Aromas from Quebec. IV. Chemical composition of the essential oil of Ledum groenlandicum: A review. American Journal of Essential Oils and Natural Products 2015, 2 (3), 06-11

Chémotype
1

Chémotype
2

Chémotype
3

Chémotype
4

Chémotype
5

Chémotype
6

Chémotype
7

Superchémotype 1
(sesquiterpènes)

α-sélinène, germacrène B,
γ-élémène, curzérène

Superchémotype 2
(limonène)

limonène

limonène cyclolorénone

Superchémotype 3
(sabinène)

sabinène

sabinène
cyclolorénone

sabinène
β-sélinène

Sabinène ‘’intermédiaire’’

En 2021 Jean-François Séguin[5] dans son mémoire de maîtrise en chimie soumise à l’Université Laval proposa, en se basant sur les données de la littérature les sept chémotype suivants :


[5] Jean-Christophe Séguin, Investigation du métabolome de végétaux et de lichens issus de la nordicité, Mémoire de maîtrise en chimie, Université Laval, 2021

Ce sont les métabolites majoritaires fréquemment rapportés dans la littérature et qui sont pour la plupart observés dans les huiles essentielles préparées à partir d’échantillons de la nordicité, à l’exception du β-bisabolène, un sesquiterpène qui est parfois très abondant dans certains échantillons et absent dans d’autres, selon ce qui a été observé précédemment.

Propriétés thérapeutiques répertoriées

«Le lédon du Groenland est très probablement l’huile essentielle à mettre en œuvre lorsque le thérapeute est confronté à un état désastreux du foie accompagné de ses symptômes sévères. Il est la référence absolue dans le contexte d’intoxications médicamenteuses, alimentaires, infectieuses, de cirrhoses hépatiques, de séquelles d’hépatites, de cancers, d’allergies généralisées. Un allié de poids dans une approche de complément de soins bien raisonnée. »  (Dominique Baudoux)
Baudoux, Dominique. Aromathérapie : 100 huiles essentielles, Les nouveaux chemins de la santé,  Dunod, 2017

Draineur et régénérateur hépatocellulaire ++++
Anti-inflammatoire +++
Lymphotonique et aquarétique+++
Anticancéreuse +++
Draineur rénal ++
Litholytique ++
Antifongique et antibactérienne ++
Antiseptique aérienne ++
Anti-allergique et antihistaminique ++
Sédatif et analgésique ++
Sympathicolytique ++

Indications thérapeutiques principales
Intoxications (tous types) ++++
Insuffisance hépatique, séquelles d’hépatites virales+++
Lymphangites, adénites +++
Hyperplasie bénigne de la prostate +++
Cancers +++
Lithiases rénales ++
Allergies, hypersensibilité cutanée et rhume des foins ++
Nervosité excessive, insomnies, spasmes nerveux(plexus solaire) ++

Données scientifiques
Il y a peu d’études scientifiques qui ont été consacrées aux propriétés thérapeutiques de cette huiles essentielle. Pourtant sa valeur thérapeutique est très élevée et dépasse toute interprétation biochimique raisonnée. Elle est largement confirmée par les observations empiriques et les résultats cliniques Quoiqu’on ne puisse réduire les activités d’une huile essentielle aussi complexe à la simple somme de ses composantes prises isolément, l’examen des activités connues de certaines des composantes importantes qu’on y retrouve peut nous permettre de soutenir les propriétés et indications qui lui sont attribuées.

Molécules

Propriétés

Références

Sabinène

Anti-inflammatoire, antalgique,
antifongique/antidermatophytotique
antibactérienne (Salmonella typhi, Pseudomonas aeruginosa)

1, 2

3

α-sélinène

Antagoniste aromatase P 450 → cancer du sein

4

β-sélinène

Antioxydante, anti-inflammatoire, analgésique

5

germacrène

Anti-inflammatoire. répulsif à moustiques

6, 7

α-pinène

Antimicrobienne (Candida albicans, Staphylococcus aureus)
Modulation de l’antibiorésistance (Campylobacter jejuni)
Antivirale (HSV-1)
Analgésique, anti-inflammatoire
Chondroprotectrice
Antispasmodique
Gastroprotectrice
Expectorante et antitussive
Anxiolytique
Anticholinestérase
Cicatrisante

8
9
10
11, 12
13
14, 15
16
17, 18
19
20,
21

limonène

Hypolipémiante, hypoglycémiante et réduction de l’accumulation graisseuse
gastroprotectrice
Analgésique, anti-inflammatoire, antioxydante et cicatrisante
Anxiolytique,
Immunostimulante
Hépatoprotectrice
Antitumorale

22

23
24, 25, 26, 27
28,
29, 30, 31, 32
33
34, 35, 36, 37, 38, 39, 40

élémène

Anticancéreuse

Anti-inflammatoire
Gastroprotectrice

41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51
52, 53, 54, 55, 56, 57

58, 59, 60
61

curzérène

Anticancéreuse
Immunomodulante, anti-inflammatoire

62,63
64

germacrone

Anticancéreuse
Hépatoprotectrice
Vasorelaxante
Antivirale
Anti-inflammatoire
Hypolipémiante
Antibactérienne et antifongique
Antitussive
Calmante
Répulsive (insectes)
Antioxydante
Antiandrogénique (antagoniste 5α-réductase)
Neuroprotectrice

65, 66, 67, 68, 69, 70
71, 72, 73, 74, 75
76
77, 78, 79
80, 81
82
83, 84, 85
86, 87
88, 89, 90
91
68, 92, 93
95
68, 96

Les travaux de Dre Anne-Marie Giraud Robert

1- Intérêt de l’aromathérapie dans la prise en charge des hépatites virales75

En 2005, elle publia les résultats d’une étude effectuée auprès de 60 patients souffrant d’hépatite B ou C chronique. Les huiles essentielles de Cinnamomum camphora cineoliferum, Daucus carota, Ledum groenlandicum, Laurus nobilis, Helichrysum italicum, Thymus vulgaris thuyanoliferum et Melaleuca quinquenervia cineolifera furent utilisées par voie orale en diverses combinaisons, soit en monothérapie, soit en association avec le traitement allopathique (interféron peg et ribavirine). L’huile essentielle de lédon du Groenland (Ledum groenlandicum) fut choisie pour son action décongestionnante et régénératrice des hépatocytes.
Résultats : 100 % des patients traités par aromathérapie et allopathie ont eu une réponse complète et on a constaté une meilleure tolérance du traitement interféron peg ribavirine quand il a été associé au traitement aromathérapique. Dans 64 % des cas traités par les huiles essentielles en monothérapie, il a été constaté une amélioration de l’hépatite (amélioration de la fibrose et/ou diminution de la charge virale voire négativation de la PCR).

2- Huiles essentielles et cancer

En 2016 dans son livre, Huiles essentielles et cancer (Éditions Quintessence) elle rapporte les résultats d’une étude rétrospective observationnelle portant sur 3,251 patients cancéreux vus en consultation pour la première fois entre le 1er janvier 1999 et le 30 septembre 2013.

Cette étude avait pour but d’analyser le taux de survie de ces patients, sur une durée allant jusqu’à cinq ans, ayant bénéficié du traitement conventionnel et d’un traitement complémentaire en aromathérapie consistant en l’absorption par voie buccale d’un mélange des trois huiles essentielles suivantes : Ledum groenlandicum, Helichrysum italicum et Cinnamomum camphora cineoliferum.

Bien que cette étude n’ait pas la prétention de prouver que les huiles essentielles puissent guérir le cancer les résultats sont pour le moins impressionnants! Comparativement aux résultats de durée de survie après traitement allopathique classique, tels que rapportés dans la littérature médicale,  les résultats de durée de survie des patients ayant bénéficié du traitement conventionnel et d’un traitement complémentaire en aromathérapie sont étonnamment supérieurs.

A titre d’exemple voici les résultats obtenus pour le cancer du sein stade IV :

Cancer du sein stade IV

302 patientes
Allopathie + HE

AICC (American Committee on Cancer)

Survie à 5 ans

46,6%

24,5%

Survie à 3 ans

65%

40%

Médiane de survie

49 mois

22 mois

À la même époque, 2012 à 2014. le Laboratoire de mutagénèse environnementale à l’Université d’Aix-en-Provence entreprit d’étudier les effets anticancéreux et antimutagènes in vitro de la formule d’huiles essentielles du Dr Anne Marie Giraud Robert.
Les résultats obtenus avec les huiles essentielles testées séparément sont reportées dans le tableau suivant :

Types cellulaires

Lignées

Helichrysum italicum
CI 50

Cinnamomum camphora cineoliferum
CI 50

Ledum groenlandicum
CI 50

Adénocarcinome du sein

SK-BR-3

0,65

1,19

0,06

Adénocarcinome du côlon

HT-29

0,74

1,93

0,57

Carcinome hépatique

HepG2/C3A

0,57

1,36

0,44

Carcinome du poumon

NCI-H1299

0,57

2,08

0,24

Carcinome
du pancréas

BxPC-3

0,69

1,36

0,15

Carcinome
de la prostate

22RV1

0,53

1,06

0,37

CI 50 = Concentration inhibitrice 50%(V %) : concentration capable de réduire de 50% la viabilité des cellules cancéreuses. Pour avoir une action cytotoxique avec les huiles essentielles il faut une CI 50 inférieure à 1%
Les résultats montrent que l’huile essentielle de lédon est la plus active sur toutes les lignées.

Exemples d’applications thérapeutiques

1- Affections hépatiques diverses: intoxications, séquelles d’hépatites virales, stéatose, cirrhose, insuffisance hépatique

Voie buccale (à visée hépatostimulante et régénératrice hépatocellulaire)

  • HE Ledum groenlandicum x 10 ml

  • HE Levisticum officinale x 4 ml

  • HE Daucus carota (sem.) x 4 ml

  • HE Thymus vulgaris thuyanoliferum x 4 ml

  • HE Cymbopogon citratus x 4 ml

  • HV Nigella sativa x 20 ml

8 gouttes dans une capsule gastrorésistante, 3 à 4 fois par jour avant ou entre les repas ; ajuster la posologie et la durée du traitement en fonction de l’évolution des symptômes

2- Insomnie

2.1 Voie buccale (à visée sédative et parasympathicomimétique)

  • HE Ledum groenlandicum x 6 ml

  • HE Picea mariana x 6 ml

  • HE Origanum majorana x 6 ml

  • HE Chamaemelum nobile x 6 ml

  • HE Litsea citrata x 6 ml

  • HE Rosmarinus officinalis verbenoniferum x 4 ml

5 gouttes dans ⅟2 c. à thé d’huile d’olive, ou dans une capsule gastrorésistante 20 minutes avant le coucher, plus souvent au besoin

2.2 Voie respiratoire (à visée sédative et parasympathicomimétique)

Même formule : séance de diffusion aérienne de 15 à 30 minutes avant le coucher ou inhaler profondément le contenu du flacon pendant 5 minutes à 3 ou 4 reprises avant le coucher.

2.3 Voie cutanée (à visée sédative et parasympathicomimétique)

Même formule : 5 gouttes sur chaque avant-bras ou sur les carotides ou le plexus solaire 20 minutes avant le coucher; plus souvent au besoin

3- Hyperplasie bénigne de la prostate

3.1 Voie buccale (à visée inflammatoire, décongestionnane et antagoniste 5α-réductase)

  • HE Ledum groenlandicum x 10 ml

  • HE Eugenia caryophyllus x 5 ml

  • HE Cedrus atlantica x 5 ml

  • HE Pistacia lentiscus x 5 ml

  • HV Nigella sativa x 15 ml

  • HV Moringa oleifera x 10 ml

1 c. à thé 3 fois par jour avant ou entre les repas

3.2 Voie cutanée (à visée anti-inflammatoire, décongestionnante et antagoniste 5α-réductase)

  • HE Ledum groenlandicum x 5 ml

  • HE Copaiefera officinalis x 5 ml

  • HE Cedrus atlantica x 5 ml

  • HE Pistacia lentiscus x 5 ml

  • HV Nigella sativa x 15 ml

  • HV Moringa oleifera x 15 ml

5-10 gouttes au niveau du pubis le soir au coucher

Maurice Nicole ND.A

  1. J. Valente, Zuzarte, M., Gonçalves, M.J. et al. (2013) Antifungal, antioxidant, and anti-inflammatory activities of Oenanthe crocata L. essential oil. Food Chemistry and Toxicology 62, 349– 354

  2. Kim MJ, Yang KW, Kim SS, et al. Chemical composition and anti-inflammatory effects of essential oil from Hallabong flower. EXCLI J. 2013; 12:933-942. Published 2013 Nov 7.

  3. Raveendrakurup Arunkumar, Sadasivan Ajikumaran Nair, Koranappallil Bahuleyan Rameshkumar and Appian Subramoniam, The Essential Oil Constituents of Zornia diphylla (L.) Pers, and Anti-Inflammatory and Antimicrobial Activities of the Oil, Rec. Nat. Prod. 8:4 (2014) 385-393

  4. Alakanse OS, Sulaiman FA, Arannilewa AJ, Anjorin FF, Malachi OI, et al. (2018) α-Selinene from Syzygium aqueum against Aromatase p450 in Breast Carcinoma of Postmenopausal Women: in Silico Study. J Biomed Pharm Sci 1: 116.

  5. Chandra M, Prakash O, Kumar R, et al. β-Selinene-Rich Essential Oils from the Parts of Callicarpa macrophylla and Their Antioxidant and Pharmacological Activities. Medicines (Basel). 2017;4(3):52. Published 2017 Jul 10. doi:10.3390/medicines4030052

  6. Igor A. Schepetkin, Gulmira Özek, Temel Özek, Liliya N. Kirpotina, Andrei I. Khlebnikov and Mark T. Quinn, Chemical Composition, and Immunomodulatory Activity of Hypericum perforatum Essential Oils, Biomolecules 2020, 10, 916

  7. Kiran SR, Devi PS. Evaluation of mosquitocidal activity of essential oil and sesquiterpenes from leaves of Chloroxylon swietenia DC. Parasitol Res. 2007 Jul;101(2):413-8. doi: 10.1007/s00436-007-0485-z. Epub 2007 Feb 15. PMID: 17520288

  8. Da Silva, A.C., Lopes, P.M., de Azevedo, M.M., Costa, D.C., Alviano, C.S. and Alviano, D.S. (2012) Biological activities of α-pinene and β-pinene enantiomers. Molecules 17, 6305– 6316.

  9. Kovač, J., Šimunović, K., Wu, Z. et al. (2015) Antibiotic resistance modulation and modes of action of (–)-α-pinene in Campylobacter jejuni. PLOS One 10, 4, e0122871

  10. y Monica R. Loizzo, Antoine M. Saabb, Rosa Tundisa, Giancarlo A. Stattia, Francesco, Menichinia), Ilaria Lampronti, Roberto Gambarid, Jindrich Cinatle, and Hans Wilhelm Doer, Phytochemical Analysis and in vitro Antiviral Activities of the Essential Oils of Seven Lebanon Species, CHEMISTRY & BIODIVERSITY – Vol. 5 (2008)

  11. Astani, A., Reichling, J. and Schnitzler, P. (2010) Comparative study on the antiviral activity of selected monoterpenes derived from essential oils. Phytotherapy Research 24, 5, 673– 679.

  12. Guimarães, A.G., Quintans, J.S.S. and Quintans-Júnior, L.J. (2013) Monoterpenes with analgesic activity – a systematic review. Phytotherapy Research 27, 1– 15

  13. Rufino, A.T., Ribeiro, M., Judas, F. et al. (2014) Anti-inflammatory and chondroprotective activity of (+)-α-pinene: Structural and enantiomeric selectivity. Journal of Natural Products 14, 77, 264– 269

  14. Myrtol standardised, or GeloMyrtol ®, is a capsule for oral ingestion containing 20mg α-pinene, 75mg limonene and 75mg 1,8-cineole.

  15. Meister, R., Wittig, T., Beuscher, N. et al. (1999) Efficacy and tolerability of myrtol standardized in long-term treatment of chronic bronchitis: A double-blind, placebo-controlled study. Study Group Investigators. Arzneimittel Forschung 49, 351– 358

  16. Pinheiro, M. de A., Magalhães, R.M., Torres, D.M. et al. (2015) Gastroprotective effect of alpha-pinene and its correlation with antiulcerogenic activity of essential oils obtained from Hyptis species. Pharmacognosy Magazine 11, 41, 123– 130

  17. Sadraei, H., Asghari, G.R., Hajhashemi, V. et al. (2001) Spasmolytic activity of essential oil and various extracts of Ferula gummosa Boiss. on ileum contractions. Phytomedicine 8, 370– 376

  18. Camara, C.C., Nascimento, N.R., Macedo-Filho, C.L. et al. (2003) Antispasmodic effect of the essential oil of Plectranthus barbatus and some major constituents on the guinea-pig ileum. Planta Medica 69, 1080– 1085.

  19. Satou, T., Kasuya, H., Maeda, K. and Koike, K. (2014) Daily inhalation of α-pinene in mice: Effects on behavior and organ accumulation. Phytotherapy Research 28, 1284– 1287

  20. Perry, N.S.L., Houghton, P.J., Theobald, A., Jenner, P., and Perry, E.K. (2000) In vitro inhibition of human erythrocyte acetylcholinesterase by Salvia lavandulaefolia essential oil and constituent terpenes, Journal of Pharmacy and Pharmacology 52, 7, 895– 902.

  21. Tumen, I., Süntar, I., Keleş, H. and Akkol, E.K. (2012) A therapeutic approach for wound healing by using essential oils of Cupressus and Juniperus species growing in Turkey. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine. doi: 10.1155/ 2012/ 728281

  22. Jing, L., Zhang, Y., Fan, S. et al (2013). Preventive and ameliorating effects of citrus d-limonene on dyslipidemia and hyperglycemia in mice with high-fat diet-induced obesity. Eur J Pharmacol, 715(1-3), 46-55. doi: 10.1016/j.ejphar.2013.06.022

  23. Moraes, T. M., Kushima, H., Moleiro, F. C. et al (2009). Effects of limonene and essential oil from Citrus aurantium on gastric mucosa: role of prostaglandins and gastric mucus secretion. Chem Biol Interact, 180(3), 499-505. doi: 10.1016/j.cbi.2009.04.006

  24. Do Amaral, J.F., Silva, M.I., Neto, M.R. et al. (2007), Antinociceptive effect of the monoterpene R-(+)-limonene in mice. Biological and Pharmaceutical Bulletin 30, 1217– 1220.

  25. Hirota, R., Roger, N.N., Nakamura, H., Song, H.-S., Sawamura, M. and Suganuma, N. (2010) Anti-inflammatory effects of limonene from yuzu (Citrus junos Tanaka) essential oil on eosinophils. Journal of Food Science 75, 87– 92

  26. Roberto, D., Micucci, P., Sebastian, T. et al. (2010) Antioxidant activity of limonene on normal murine lymphocytes: Relation to H2O2 modulation and cell proliferation. Basic Clinical Pharmacology and Toxicology 106, 38– 44.

  27. D’Alessio, P.A., Mirshahi, M., Bisson, J.-F. and Bene, M.C. (2014) Skin repair properties of d-limonene and perillyl alcohol in murine models. Anti-Inflammatory and Anti-Allergy Agents in Medicinal Chemistry 13, 29

  28. Lima, N.G., de Souza, D.P., Pimenta, F.C., Alves, M.F. and de Souza, F.S. (2012) Anxiolytic-like activity and GC-MS analysis of (R)- (+)-limonene fragrance, a natural compound found in foods, and plants. Pharmacology, Biochemistry and Behavior 103, 450– 454

  29. Manuele, M.G., Ferraro, G. and Anesini, C. (2008) Effect of Tilia x viridis flower extract on the proliferation of a lymphoma cell line and on normal murine lymphocytes: Contribution of monoterpenes, especially limonene. Phytotherapy Research 22, 1520– 1526

  30. Hamada, M., Uezu, K., Matsushita, J. et al. (2002) Distribution and immune responses resulting from oral administration of d-limonene in rats, Journal of Nutritional Science & Vitaminology (Tokyo) 48, 155– 160.

  31. Del Toro-Arreola, S., Flores-Torales, E., Torres-Lozano, C. et al. (2005) Effect of d-limonene on immune response in BALB/ c mice with lymphoma. International Immunopharmacology 5, 829– 838

  32. Li, Q., Nakadai, A. and Matsushima, H. (2006) Phytoncides (wood essential oils) induce human natural killer cell activity. Immunopharmacology and Immunotoxicology 28, 319– 333

  33. Bodake, H., Panicker, K., Kailaje, V. and Rao, V. (2002) Chemopreventative effect of orange oil on the development of hepatic preneoplastic lesions induced by N-nitrosodiethylamine in rats: An ultrastructural study. Indian Journal of Experimental Biology 40, 245– 251

  34. Miller, J. A., Lang, J. E., Ley, M. et al (2013). Human Breast Tissue Disposition and Bioactivity of Limonene in Women with Early-Stage Breast Cancer. Cancer Prevention Research, 6(6), 577-584

  35. Haag, J.D., and Gould, M.N. (1994) Mammary carcinoma regression induced by perillyl alcohol, a hydroxylated analogue of limonene. Cancer Chemotherapy and Pharmacology 34, 477– 483.

  36. Haag, J.D., Lindstrom, M.J. and Gould, M.N. (1992) Limonene-induced regression of mammary carcinomas. Cancer Research 52, 4021– 4026

  37. Nakaizumi, A., Baba, M., Uehara, H. et al. (1997) d-Limonene inhibits N-nitrosobis(2-oxopropyl) amine induced hamster pancreatic carcinogenesis. Cancer Letters 117, 99– 103

  38. Uedo, N., Tatsuta, M., Iishi, H. et al. (1999) Inhibition by d-limonene of gastric carcinogenesis induced by N-methyl-N’-nitro-N-nitrosoguanidine in Wistar rats. Cancer Letters 137, 2, 131– 136

  39. Kaji, I., Tatsuta, M., Iishi, H. et al. (2001) Inhibition by d-limonene of experimental hepatocarcinogenesis in Sprague-Dawley rats does not involve p21(ras) plasma membrane association. International Journal of Cancer 93, 441– 444

  40. Lu, X.G., Zhan, L.B., Feng, B.A. et al. (2004) Inhibition of growth and metastasis of human gastric cancer implanted in nude mice by d-limonene, World Journal of Gastroenterology 10, 2140– 2144.

  41. Li QQ, Wang G, Huang F, Banda M, Reed E. Antineoplastic effect of beta-elemene on prostate cancer cells and other types of solid tumour cells. J Pharm Pharmacol. 2010 Aug;62(8):1018-27. doi: 10.1111/j.2042-7158.2010.01135. x. PMID: 20663036

  42. Lin Li, Dongkai Zhao, Guangyu Cheng, Qingjie Li, Yunjie Chu, Hongbo Chu, Yunlu Ding, Chikun Li; β-elemene suppresses Warburg effect in NCI-H1650 non-small-cell lung cancer cells by regulating the miR-301a-3p/AMPKα axis. Biosci Rep 26 June 2020; 40 (6)

  43. Dai, ZJ., Tang, W., Lu, WF. et al. Antiproliferative and apoptotic effects of β-elemene on human hepatoma HepG2 cells. Cancer Cell Int 13, 27 (2013).

  44. Dawei Wu, Dongwei Lv, Ting Zhang, Lianying Guo, Fangli Ma, Caihua Zhang , Guofeng Lv, and Lin Huang, Antitumor effects of β-elemene via targeting the phosphorylation of insulin receptor, Society for Endocrinology, Volume 26: Issue 2, 2019

  45. Li, X., Wang, G., Zhao, J., Ding, H. et al., Antiproliferative effect of beta-elemene in chemoresistant ovarian carcinoma cells is mediated through arrest of the cell cycle at the G2-M phase. Cell Mol. Life Sci. 2005, 62, 894–904

  46. Tao, L., Zhou, L., Zheng, L., Yao, M., Elemene displays anti-cancer ability on laryngeal cancer cells in vitro and in vivo. Cancer Chemother. Pharmacol. 2006, 58, 24–34

  47. Xu, L., Tao, S., Wang, X., Yu, Z. et al., The synthesis and anti-proliferative effects of beta-elemene derivatives with mTOR inhibition activity. Bioorg. Med. Chem. 2006, 14, 5351–5356

  48. Zhu, T., Xu, Y., Dong, B., Zhang, J. et al., Beta-elemene inhibits proliferation of human glioblastoma cells through the activation of glia maturation factor beta and induces sensitization to cisplatin. Oncol. Rep. 2011, 26, 405–413

  49. Zhu, T., Zhao, Y., Zhang, J., Li, L., et al., ss-Elemene inhibits proliferation of human glioblastoma cells and causes cellcycle G0/G1 arrest via mutually compensatory activation of MKK3 and MKK6. Int. J. Oncol. 2011, 38, 419–426

  50. Yao, Y. Q., Ding, X., Jia, Y. C., Huang, C. X. et al., Anti-tumor effect of beta-elemene in glioblastoma cells depends on p38 MAPK activation. Cancer Lett. 2008, 264, 127–134 Yao, Y. Q., Ding, X., Jia, Y. C., Huang, C. X. et al., Anti-tumor effect of beta-elemene in glioblastoma cells depends on onp38 MAPK activation. Cancer Lett. 2008, 264, 127–134.

  51. [85] Zhao, Y. S., Zhu, T. Z., Chen, Y. W., Yao, Y. Q. et al., Beta-elemene inhibits Hsp90/Raf-1 molecular complex inducing apoptosis of glioblastoma cells. J. Neurooncol. 2012, 107, 307–314.

  52. [86] Yu, Z., Wang, R., Xu, L., Xie, S. et al., beta-Elemene piperazine derivatives induce apoptosis in human leukemia cells through downregulation of c-FLIP and generation of ROS. PLoS One 2011, 6, e15843

  53. Yuan, J., Gu, Z. L., Chou, W. H., Kwok, C. Y., Elemene induces apoptosis and regulates expression of bcl-2 protein in human leukemia K562 cells. Zhongguo Yao Li Xue Bao 1999, 20, 103–106

  54. [88] Yu, Z., Wang, R., Xu, L., Dong, J. et al., N-(beta-Elemene13-yl) tryptophan methyl ester induces apoptosis in human leukemia cells and synergizes with arsenic trioxide hrough a hydrogen peroxide dependent pathway. Cancer Lett. 2008, 269, 165–173.

  55. [89] Ying, J., Yang, W., Xie, C. Y., Ni, Q. C. et al., Induction of caspase-3-dependent apoptosis in human leukemia HL60 cells by delta-elemene. Yakugaku Zasshi 2011, 131, 1383–1394.

  56. Chen, W., Lu, Y., Wu, J., Gao, M. et al., Beta-elemene inhibits melanoma growth and metastasis via suppressing vascular endothelial growth factor-mediated angiogenesis. Cancer. Chemother. Pharmacol. 2011, 67, 799–808

  57. Wang, K., Li, Z., Chen, Y., Su, C., The pharmacokinetics of a novel anti-tumor agent, beta-elemene, in Sprague-Dawley rats. Biopharm. Drug Dispos. 2005, 26, 301–307

  58. Elwira Sieniawskaa. Piotr Michel, Tomas Mroczeka, Sebastian Granicac, Krystyna Skalicka-Woźniak, Nigella damascena L. essential oil and its main constituents, damascenine and β-elemene modulate inflammatory response of human neutrophils ex vivo, Food and Chemical Toxicology, Volume 125, March 2019, Pages 161-169

  59. Zhang, R., Tian, A., Shi, X., Yu, H. et al., Downregulation of IL-17 and IFN-gamma in the optic nerve by beta-elemene in experimental autoimmune encephalomyelitis. Int. Immunopharmacol. 2010, 10, 738–743

  60. Liu, J., Zhang, Z., Gao, J., Xie, J. et al., Downregulation effects of beta-elemene on the levels of plasma endotoxin, serum TNF-alpha, and hepatic CD14 expression in rats with liver fibrosis. Front Med. 2011, 5, 101–105

  61. Lima, D. K., Ballico, L. J., Rocha Lapa, F., Goncalves, H. P. et al., Evaluation of the antinociceptive, anti-inflammatory and gastric antiulcer activities of the essential oil from Piper aleyreanum C.DC in rodents. J. Ethnopharmacol. 2012, 142, 274–282

  62. Wang, Y.D.; Li, J.H.; Guo, J.Q.; Wang, Q.Y.; Zhu, S.G.; Gao, S.Y.; Yang, C.; Wei, M.; Pan, X.D.; Zhu, W.; et al. Cytotoxic and antitumor effects of curzerene from Curcuma longa. Planta Med. 2017, 83, 23–29

  63. Figueiredo, P.L.B.; Pinto, L.C.; da Costa, J.S.; da Silva, A.R.C.; Mourao, R.H.V.; Montenegro, R.C.; da Silva, J.K.R.; Maia, J.G.S. Composition, antioxidant capacity and cytotoxic activity of Eugenia uniflora L. chemotype-oils from the amazon. J. Ethnopharmacol. 2019, 232, 30–38

  64. Schepetkin, I.A.; Özek, G.; Özek, T.; Kirpotina, L.N.; Khlebnikov, A.I.; Quinn, M.T. Chemical Composition, and Immunomodulatory Activity of Essential Oils from Rhododendron albiflorum. Molecules 2021, 26, 3652

  65. 1. Xie XH, et al. Germacrone reverses Adriamycin resistance through cell apoptosis in multidrug-resistant breast cancer cells. Exp Ther Med. 2014 Nov;8(5):1611-1615.

  66. 2. Pimkaew P, et al. Interactions of sesquiterpenes zederone and germacrone with the human cytochrome P450 system. Toxicol In Vitro. 2013 Sep;27(6):2005-12.

  67. 3. An JF, et al. The effects of germacrone on lipopolysaccharide-induced acute lung injury in neonatal rats. Cell Mol Biol (Noisy-le-grand). 2014 Nov 16;60(4):8-12

  68. Riaz A, Rasul A, Kanwal N, Hussain G, Shah MA, Sarfraz I, Ishfaq R, Batool R, Rukhsar F, Adem Ş. Germacrone: A Potent Secondary Metabolite with Therapeutic Potential in Metabolic Diseases, Cancer and Viral Infections. Curr Drug Metab. 2020;21(14):1079-1090.

  69. Ammara Riaz, Azhar Rasul*, Nazia Kanwal, Ghulam Hussain, Muhammad Ajmal Shah, Iqra Sarfraz, Rubab Ishfaq, Rabia Batool, Fariha Rukhsar and Şevki Adem, “Germacrone: A Potent Secondary Metabolite with Therapeutic Potential in Metabolic Diseases, Cancer and Viral Infections”, Current Drug Metabolism 2020; 21(14)

  70. Wu, L., Wang, L., Tian, X. et al. Germacrone exerts anti-cancer effects on gastric cancer through induction of cell cycle arrest and promotion of apoptosis. BMC Complement Med Ther 20, 21 (2020)

  71. Rangelov A, Kosev P, Malakov P. (1989) Experimental study of essential oils from two varieties of cultivated thyme, sesquiterpene germacrone and diterpene sclareol for cholagogic and choleretic activity. Folia Medica (Plovdiv), 31, 34-38

  72. Matsuda H, Kageura T, Morikawa T, Toguchida I, Ninomiya K, Murakami T, Yoshikawa M. (1999) Research for anti-Oketsu crude drugs, Zedoariae rhizoma, Saussureae radix, Nupharis rhizoma, and Rhei rhizoma: NO production inhibitory, vasorelaxant, and hepatoprotective constituents. Tennen Yuki Kagobutsu Toronkai Koen Yoshishu, 41, 217-222

  73. Morikawa T, Matsuda H, Ninomiya K, Yoshikawa M. (2002) Medicinal foodstuffs. XXIX. Potent protective effects of sesquiterpenes and curcumin from Zedoariae rhizoma on liver injury induced by D-galactosamine/lipopolysaccharide or tumor necrosis factor-α. Biological & Pharmaceutical Bulletin, 25, 627-631

  74. Yamahara J. (1999) Sesquiterpenes from Curcuma zedoaria for the treatment of hepatitis. Japanese Kokai Tokkyo Koho, JKXXAF JP 11021234 A 19990126, 4 pp.

  75. Giraud-Robert, A.-M. (2005). Intérêt de l’aromathérapie dans la prise en charge des hépatites virales. Phytothérapie, 3(6), 235‑247

  76. Matsuda H, Morikawa T, Ninomiya K, Yoshikawa M. (2001) Absolute stereostructure of carabrane-type sesquiterpene and vasorelaxant-active sesquiterpenes from Zedoariae rhizoma. Tetrahedron, 57, 8443-8453.

  77. Chen Y, Dong Y, Jiao Y, Hou L, Shi Y, Gu T, Zhou P, Shi Z, Xu L, Wang C. In vitro antiviral activity of germacrone against porcine parvovirus. Arch Virol. 2015 Jun;160(6):1415-20. doi: 10.1007/s00705-015-2393-3. Epub 2015 Mar 27. PMID: 25813663

  78. He W, Zhai X, Su J, Ye R, Zheng Y, Su S. Antiviral Activity of Germacrone against Pseudorabies Virus in Vitro. Pathogens. 2019 Nov 22;8(4):258. doi: 10.3390/pathogens8040258. PMID: 31766701; PMCID: PMC6963304

  79. Qingjiao Liao, Zhengxu Qian, Rui Liu, Liwei An, Xulin Chen, Germacrone inhibits early stages of influenza virus infection, Antiviral Research, Volume 100, Issue 3, 2013, Pages 578-588

  80. Zongru Wang, Feng Zhuo, Peigang Chu, Xiaoli Yang, Gang Zhao, Germacrone alleviates collagen-induced arthritis via regulating Th1/Th2 balance and NF-κB activation, Biochemical and Biophysical Research Communications, Volume 518, Issue 3, 2019, Pages 560-564

  81. Ozaki Y. (1990) Antiinflammatory effect of Curcuma xanthorrhiza Roxb. and its active principles. Chemical & Pharmaceutical Bulletin, 38, 1045-1048.

  82. Yuan-Ri Guo and Se-Young Choung, Germacrone Attenuates Hyperlipidemia and Improves Lipid Metabolism in High-Fat Diet-Induced Obese C57BL/6J Mice, Journal of Medicinal Food.Jan 2017.46-55

  83. Phan MG, Van NH, Phan TS. (2000) Antimicrobial activity of sesquiterpene constituents from some Curcuma species of Vietnam, Tap Chi Hoa Hoc, 38, 91-94.

  84. Carlton RR, Waterman PG, Gray AI. (1992) The antifungal activity of the leaf gland volatile oil of sweet gale (Myrica gale) (Myricaceae). Chemoecology, 3, 45-54.

  85. Ogunwande IA, Olawore NO, Ekundayo O, Walker TM, Schmidt JM, Setzer WN. (2005) Studies on the essential oils composition, antibacterial and cytotoxicity of Eugenia uniflora L. International Journal of Aromatherapy, 15, 147-152

  86. Lu Y-C. (1980) Studies on the chemical constituents of the essential oil of Rhododendron tsinghaiense Ching. Huaxue Xuebao, 38, 241-249

  87. Lu Y-C, Wang Y-L, Bai Y-F. (1980) Study on the chemical composition of the essential oil of Rhododendron anthopogonoides Maxim. Huaxue Xuebao, 38, 140-148

  88. Shin KH, Kim ON, Woo WS. (1989) Isolation of hepatic drug metabolism inhibitors from rhizome of Curcuma zedoaria. Archives of Pharmaceutical Research, 12, 196-200.

  89. Yamazaki M, Maebayashi Y, Iwase N, Kaneko T. (1989) Germacrone as central nervous system depressant. Japanese. Kokai, Tokkyo Koho, JP01139527, 8 pp.

  90. Kagawa T. (2005) Autonomic nerve-modulating agents containing essential oil ingredients. Japanese. Kokai Tokkyo Koho, JP2005330209, 7pp

  91. Doss RP, Luthi R, Hrutfiord BF. (1980) Germacrone, a sesquiterpene repellent to obscure root weevil from Rhododendron edgeworthii. Phytochemistry, 19, 2379-2380.

  92. Sharopov, Farukh; Mansour Ahmed; Prabodh Satyal; William N. Setzer; and Michael Wink. 2016. Antioxidant Activity and Cytotoxicity of Methanol Extracts of Geranium macrorrhizum and Chemical Composition of its Essential Oil. » Journal of Medicinally Active Plants 5, (2):53-58

  93. Zhang, J., Yuan, L., Wang, S. et al. Germacrone protects against oxygen-glucose deprivation/reperfusion injury by inhibiting autophagy processes in PC12 cells. BMC Complement Med Ther 20, 77 (2020)

  94. Nungruthai Suphrom, Ganniga Pumthong, Nantaka Khorana, Neti Waranuch, Nanteetip Limpeanchob, Kornkanok Ingkaninan,

  95. Suphrom N, Pumthong G, Khorana N, Waranuch N, Limpeanchob N, Ingkaninan K. Anti-androgenic effect of sesquiterpenes isolated from the rhizomes of Curcuma aeruginosa Roxb. Fitoterapia. 2012 Jul;83(5):864-71

  96. Zhuang, Sujing et al. “Germacrone alleviates neurological deficits following traumatic brain injury by modulating neuroinflammation and oxidative stress.” BMC complementary medicine and therapies vol. 21,1 6. 5 Jan. 2021, doi:10.1186/s12906-020-03175-0