Photoxicité des huiles essentielles: petit guide

 

 

Avec le retour des beaux jours, nous sommes davantage gratifiés des rayons bienfaisants du soleil et la question de la phototoxicité des huiles essentielles refait surface!
En effet, certaines huiles essentielles contiennent des furocoumarines, principalement, mais non exclusivement, les zestes d’agrumes. Appliquées sur la peau, en présence de rayons U.V. provenant du soleil ou de cabines de bronzage, ces huiles essentielles peuvent provoquer de fortes réactions cutanées : rougissement, brûlures d’intensité variable, pigmentation de la peau parfois irréversible et même, dans certains cas, cancer de la peau.
La photosensibilité dépend du type de furocoumarines présentes dans l’huile essentielle et de la concentration appliquée sur la peau.
Exemple :

  • L’huile essentielle de bergamote (Citrus aurantium ssp. bergamia zeste) est considérée comme l’une des plus photosensibilisantes.

À la concentration de 0,5%, environ 4 gouttes dans 25 ml d’huile végétale, il n’y a aucun risque observable.
À la concentration de 1%, environ 8 gouttes dans 25 ml d’huile végétale, il n’y plus aucun risque après 8 heures.
À la concentration de 2,5% environ 20 gouttes dans 25 ml d’huile végétale, il faut attendre 10 heures avant qu’il n’y ait plus aucun risque.
À des concentrations de 15% à 20%, environ 120 à 160 gouttes dans 25 ml d’huile végétale le risque de photosensibilisation est toujours présent 12 heures après l’application.
Appliquée pure, elle demeure photosensibilisante pendant 36 heures et tout risque disparaît après 48 heures.
Le pamplemousse (Citrus paradisii), moins phototoxique, dans les mêmes concentrations, ne présente à peu près aucun risque de photosensibilisation.

Par ordre décroissant de phototoxicité et dose topique maximale:
– Bergamote (Citrus aurantium ssp. bergamia) ++++ 0,4%
– Cumin (Cuminum cyminum) ++++ 0,4%
– Lime (Citrus limetta zeste) +++ 0,7%
– Angélique (Angelica archangelica), racine et semence +++ 0,8%
– Orange amère (Citrus aurantium zeste)++ 1,25%
– Citron (Citrus limon zeste)++ 2%
– Pamplemousse (Citrus paradisii zeste)+ 4%

Possiblement photoxiques :
– Verveine (Lippia citriodora)
– Céleri (Apium graveolens feuilles et plante entière)
– Khella (Ammi visnaga)

Non phototoxiques :
– Mandarine (Citrus reticulata zeste)
– Orange douce (Citrus sinensis zeste)

Dans la pratique, pour éviter tout problème potentiel, il est recommandé de ne pas dépasser 0,5% de concentration en huiles essentielles photosensibilisantes dans les préparations destinées aux applications cutanées.
D’autre part, la peau traitée avec des huiles phototoxiques à des niveaux supérieurs aux niveaux d’utilisation maximum (connus) ne devrait pas être exposée à la lumière UV pendant 12 à 18 heures.

Par exemple, dans une crème pour le visage de 50 ml, il ne faudrait pas dépasser 8 gouttes. Au-delà de ces concentrations, il est fortement recommandé d’attendre 12 à 18 heures avant de s’exposer aux rayons U.V. Évidemment, il n’y a aucun danger si la peau traitée reste couverte (habits).

 

Bon été!

 

 

Maurice Nicole, ND.A

Source :
Robert Tisserand and Rodney Young, Essential Oil Safety, Churchill Livingstone Elsevier, 2014